Wilbert St Fort au VIIIe Sommet des Amériques

Wilbert St Fort speaks with press during the 2018 Summit of the Americas

Wilbert St Fort représentait Haïti au VIIIe Sommet des Amériques et au Forum des jeunes des Amériques qui se sont tenus à Lima, au Pérou, du 10 au 14 avril 2018. L’équipe du réseau YLAI lui a posé quelques questions à ce sujet et lui a demandé de partager ses impressions avec tous les membres du réseau YLAI. Voici ses réponses.

Quel est le meilleur moment pour vous du Forum des jeunes des Amériques ?

Wilbert St Fort at the 2018 Summit of the Americas

Mon meilleur moment du forum est lorsque j’ai pris la parole au nom de la société civile haïtienne pour présenter des recommandations de la société civile. Je devais faire un état des lieux et citer les efforts qui ont mené à la lutte contre la corruption en Haïti. Au début, j’étais un peu stressé parce que j’étais le plus jeune dans l’assemblée. C’était un grand honneur pour moi de prendre la parole au nom de la société civile haïtienne.

Après, nous avons eu des discussions avec les représentants de chaque gouvernement. J’ai rencontré le secrétaire général de l’OEA, M. Luis Almagro. J’ai appris beaucoup de choses, surtout sur les meilleures stratégies à adopter pour combattre la corruption dans nos activités en tant que jeunes. J’ai été également impressionné par une organisation appelée REDLAD (lien en espagnol), une association à but non lucratif qui met en contact 480 organisations de la société civile, des réseaux, des militants, des universitaires, des représentants  de syndicats et du secteur des affaires, des mouvements sociaux, des jeunes et la société politique d’Amérique latine et de la Caraïbe, et dont la mission est de renforcer le système démocratique, de défendre les droits de l’Homme et de promouvoir le développement durable et la cohésion sociale des habitants des pays de cette région.

Pourquoi les jeunes doivent-ils s’intéresser à la bonne gouvernance, à la transparence et à l’intégrité ?

Ce sont des sujets d’actualité. En tant que jeunes leaders, nous devons nous intéresser à ces sujets parce que nous savons que les mauvaises décisions prises aujourd’hui peuvent causer des souffrances, des dégâts et des pleurs pendant des dizaines d’années. Un bateau mal gouverné n’ira nulle part, que vers la dérive, et c’est pour cela que nous, les futurs leaders, nous luttons pour la promotion de la bonne gouvernance, de l’intégrité et de la transparence autour de nous. Nous sommes la génération du futur, nous sommes appelés à diriger. Sachant que l’un des principes du développement durable est de répondre aux besoins de la génération présente sans compromettre la capacité des générations futures, nous les jeunes devrions nous sentir habilités à faire des recommandations à nos gouvernements par le biais de forums et de sommets tels que ceux-là.

Quels conseils avez-vous à partager avec le réseau YLAI sur le sujet de l’intégrité ?

L’intégrité s’oppose à l’hypocrisie. Il n’est pas toujours facile de maintenir l’intégrité quand on évolue dans des situations infrahumaines, des situations de précarité.

Pendant le sommet, j’ai appris que l’un des éléments qui favorisent la corruption est la misère (l’absence de droits fondamentaux tels que le droit au logement, à l’alimentation, à l’emploi, etc.). La pratique des normes de l’intégrité implique de considérer la cohérence interne comme une vertu et de suggérer aux parties qui semblent épouser des valeurs apparemment contradictoires soit d’expliquer cette divergence, soit de revoir leurs convictions.

Mon conseil aux jeunes est de continuer à se battre contre la corruption et à être la force de la promotion de l’intégrité, de la bonne gouvernance et de la transparence dans les décisions publiques.

Qu’est-ce que quelqu’un comme vous (un jeune, d’Amérique latine ou de la Caraïbe) peut faire pour être cette force dans sa communauté ?

Je suis le coordonnateur d’une coalition appelée Alliance against Corruption but for Sustainable Development in Central America, North America and the Caribbean. Cette coalition traite de questions de corruption en Haïti. Cette coalition a été créée dans le but de construire la capacité de promouvoir l’intégrité et de combattre la corruption, de formuler des stratégies et de sensibiliser l’opinion aux questions de gouvernance, comme la corruption.

Nous profitons de participer au sommet pour nous faire des amis, des alliés, pour renforcer notre combat contre la corruption  et pour promouvoir l’intégrité. La coalition organise des marches contre la corruption, crée des pétitions et les fait circuler. Ce sont des actions que d’autres peuvent entreprendre dans leur pays aussi.

Est-ce que vous recommandez le cours en ligne du réseau YLAI intitulé « Un leadership responsable en matière de transparence et de bonne gouvernance » ?

Oui ! Dans ce cours en ligne, j’ai appris que la transparence et la bonne gouvernance sont largement considérées comme fondamentales pour la bonne gestion des affaires publiques, des ressources naturelles et des biens, pour une concurrence commerciale loyale, pour faire reculer la pauvreté et stimuler la croissance économique, et pour maintenir la confiance dans le gouvernement. C’est un cours utile pour tout le monde.

Wilbert St Fort est ingénieur informaticien et jeune leader haïtien. Il est membre du réseau YLAI et de la Global Shaper Community, une initiative du Forum économique mondial. Wilbert travaille pour le gouvernement haïtien à titre de technicien au ministère des Affaires sociales et du Travail.

This article is also available in English.